Asphodèle

Sculpture textile, stumpwork, boutis ... de fils et de fibres


01 juillet 2013

Les mots pour le dire, suite ....

A l'aube, je me réveille, une douceur inhabituelle gagne mon corps .... cet instant ne dure que le temps d'une respiration, le réel fait son retour, un gros coup de poing dans la gueule .... pourquoi moi ?

 

" Mouchoir à dire .... l'indicible (3) "

 Mouchoir à dire

     

Album  " Mouchoirs à dire(s) " : ici

Posté par Catherine Rosselle - . Mouchoirs à dire(s) - Commentaires [9] - Permalien [#]

Commentaires

    magnifiques...

    ces mouchoirs...
    j'espère que la prochaine fournée sera ensoleillée et optimiste !
    bisoussssssssssssssss

    Posté par Mamie Dany, 01 juillet 2013 à 10:46
  • J'adore !!! TRop bonne idee !

    Posté par Lutine, 01 juillet 2013 à 14:06
  • Bientôt le soleil sera là pour toi aussi. Je t'embrasse.

    Posté par helena frontini, 01 juillet 2013 à 23:14
  • aurore

    Oui apres une longue nuit noire et cauchemardesque on se dit... pourquoi moi ...mais la nuit laisse au petit matin la place a l'aurore a une nouvelle journée et le soleil réapparait avec de nouveaux projets ... la vie reprend ses droits sur de petits carrés textes et textiles racontent une histoire au fil d'une artiste ....bravo Cathy

    Posté par Regine Bergot, 02 juillet 2013 à 09:40
  • Mouchoirs

    Des mots pour se guérir des maux... Les nuits sont courtes en ce moment alors dès que le ciel s'éclaircie , on saute sur ses aiguilles et on couds ses bons et ses mauvais rêves... Bisous...

    Posté par Annie, 02 juillet 2013 à 16:18
  • Pourquoi pourquoi...

    A quoi bon se poser la question de savoir "pourquoi [soi]" ? Quand bien même tu aurais la réponse, est-ce que cela empêcherait la colère, la révolte, l'abattement, la déprime, la peur, l'horreur ?
    Tous ceux que la maladie atteint se demandent ce qu'ils ont bien pu faire de mal pour mériter pareil châtiment.... Et nul ou presque n'a la réponse.... Cette maladie, on la porte en soi. C'est à la naissance que se fait la distribution arbitraire des oui et des non... Et puis après un jour, la maladie se déclare....ou pas.... Mais, à moins d'avoir eu un comportement à risques, rien ne justifie qu'on déclare la maladie plutôt que quelqu'un d'autre. C'est toute l'injustice du truc.... Ma mère se pose aussi cette question et je n'ai que cette réponse à lui faire. Mieux vaut ne pas se poser la question, je crois... même si elle est automatique et vient d'elle-même à l'esprit. Pourquoi ? Parce que. Mais là où tu as totalement raison, c'est d'écrire. Ecrire ses maux, c'est déjà les soigner.

    Posté par Mimiblue, 02 juillet 2013 à 18:09
  • ... Et l'artiste que tu es dépasse la maladie pour faire de sa souffrance un message...

    Gros bisous

    Mag

    Posté par Mag tissu, 03 juillet 2013 à 10:43
  • Le bonheur tout simple de vivre encore un peu et de te retrouver avec tes créations pleines d'émotion ... Bonjour

    Posté par Nadine, 10 juillet 2013 à 06:42
  • la force tu l'as montrée en écrivant tes mots pour enrayer tes maux.
    .,Ton papillon me tient toujours compagnie et me fais penser à toi
    Continue à nous faire rêver avec tes magnifiques broderies
    Je t'embrasse
    Simone

    Posté par Simone, 23 juillet 2013 à 19:19

Poster un commentaire